delirium trémot

Subitement les mots m’échappent, dérapent, se dérobent, comme un solide mécanisme qui s’emballe, bal (pense ! le langage-même), d’abord les mots seuls, comme pris d’une brusque euphorie, de la folie d’une gigantesque machine qui s’ébroue fume et pète, puis c’est un rodéo, voilà que je me lance furieusement à leur poursuite, les accrochant à mon filet, leur rentrant dedans, me jetant dessus et roulant avec eux dans la poussière, contre les rochers, il y aurait bien sûr du sang, des traces de violence, des coups, des morsures, puis une sorte de fusion, comme un baiser-brasier, les corps au combat finissant par se confondre, et enfin un calme extrême et détonnant. De là glisseraient des mots presque tout neufs, tout nus… Accalmie.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :