nature

nature

La nature, tu t’en rappelais parce qu’on t’en avait parlé dans l’enfance, quand de temps en temps tu partais en voiture prendre un bol d’air en famille, comme une vitamine dont il fallait se ravitailler régulièrement. C’était bon pour le corps, donc bon pour la tête.
La ville c’était un peu comme une maladie nécessaire, à cause du travail, des commodités.
La nature elle était toujours jolie, c’était une collection de paysages, comme une peinture, un conte peint, avec en prime les odeurs.
La nature en ville c’était pas pareil, même si ça donnait de la couleur, un point de distraction. Comme un décor forain, mais immobile. Ça faisait joli. Ça mettait du vert comme l’espérance.
D’ailleurs très vite dans ta tête tu as fait la part des choses, des deux natures, à la manière du rat des villes et du rat des champs. Les créatures urbaines avaient leur archétype sauvage. Pour toi il y avait le cafard des villes, bestiole répugnante qui hantait sournoisement les maisons, et le cafard des champs, libre, insouciant, le teint halé, animal. Les autres, c’étaient juste des bêtes. Les oiseaux, pareil, il y avait d’un côté les pigeons, les moineaux, les corbeaux, sortes de clochards ailés qui fourrageaient les poubelles, mangeaient nos restes, et puis il y avait les oiseaux : les aigles, les rossignols, les hérons, etc. Ceux-là étaient les maîtres, les purs, les autres n’étaient que des aliénés, des dégénérés, des esclaves.
Pourtant tu ressentais un immense fierté quand un arbre poussant trop près d’une grille la défonçait placidement ou s’enroulait autour pour grimper vers le ciel, c’était l’illustration glorieuse du pot de terre contre le pot de fer. Ou si un ours, un éléphant ou un lion s’échappait d’un zoo, toute cette démonstration de panique, ça te plaisait.
Maintenant on parlait d’environnement. On voulait mettre ce qu’il y avait autour de la ville à l’intérieur, et comme on ne trouvait presque plus autour de la ville que d’autres villes, on devait s’environner du dedans. On n’avait pas le choix.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :