clown

clown

Dans l’attente grise surgissant entre deux lignes un clown. Sans boule rouge mais avec un bonnet et l’air paysan. Traverse la route, se met au milieu.
Chef d’orchestre il prend possession du vacarme, rassemble les bruits, les oriente, les invente, élève une polyphonie de grincements de freins, de rencontres de pare-chocs, de klaxonneries hétérotones, de cris  d’alarme des piétons massés en deux rives. Goinfre il flanque des coups de pieds féroces aux roues, des coups de reins puissants aux portières, des coups de tête généreux aux pare-brise, aux rétros, explose tout sur sa route, autonome parmi les autos. Puis s’écroule sur l’asphalte, roule sous une voiture. Se relève, recommence à rouler, passe sous les françaises, les italiennes, les japonaises, sous toutes. Vorace il se redresse, même pas peur, se relève encore plus fort, plus souriant, plus enragé. Puis las de cette corrida il ôte soudain son bonnet et se noie dans la foule.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :