dur

mur

Il est doux pourtant de se laisser bercer contre la paroi d’un train, à huis-clos au milieu de ses semblables. En trouant à la perceuse plus ou moins profond il est certain qu’on tomberait sur quelque chose de tendre en face. En crevant le mur on trouverait sûrement la chair. Il faudrait y arriver sans éruption de sang.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :