tropiques

tropiques

Je lui répète que c’est fini, que la relation n’a que trop duré, qu’elle ne peut plus continuer comme ça, que d’un certain côté il est beaucoup trop bien pour moi. Ensuite, après un bon quart d’heure de palabres, considérant que le moment est venu, je le saisis par les oreilles et le secoue jusqu’à ce qu’il perde un à un ses habits et breloques qui s’éparpillent nonchalamment sur le sable. Puis je l’étourdis un peu avec un reste de plumeau et tandis qu’il glisse de peau de banane en peau de mangue, je le traîne jusqu’à la plage où je lui faire boire un bon seau d’eau salée. Mais craignant qu’il insiste et feigne encore de ne pas comprendre, je l’envoie au final valser à grand coup de pied au derrière vers l’horizon où il se retrouve tout nu galipétant dans les flots de la grande bleue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :