handicap

handicap

J’ai deux jambes comme tout le monde, à ceci près que l’une est dure et l’autre molle. Mais comme je vis la plupart du temps dans mon fauteuil, personne ne peut les distinguer sous mon pantalon. Il suffit cependant de toucher, d’appuyer tout simplement un doigt dans la chair pour se rendre compte que l’une des deux est en guimauve, une sorte de pâte assez tendre avec un brin d’élasticité.
Il m’arrive quelquefois de quitter la chaleur de mon fauteuil pour faire un peu d’exercice. Après avoir soigneusement frictionné ma jambe et l’avoir enduite de talc, je mets mon chapeau et roule vers les hauteurs de la ville. Je choisis un point culminant, une butte ou un belvédère, puis j’abandonne mon fauteuil et me lance dans le vide. Grâce à l’élasticité de ma jambe, je peux faire jusqu’à des bonds de dix mètres ! Retenant mon chapeau prêt à s’envoler, je parcours ainsi la ville dans toute sa largeur, larguant sur mon sillage des résidus de talc aux divers points de mes rebondissements. Mais au bout d’un moment, épuisé, je m’écroule au hasard sur le plat et enfin je m’endors.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :