retraite

retraite

Personne ne nous comprend, et c’est pour l’instant notre force. Soyons plaints, soyons montrés du doigt, soyons bêtifiés, soyons pitoyables, nous n’en serons que mieux protégés, mieux armés pour soutenir en secret notre combat.
Aux yeux de nos jeunes visiteurs, le langage que nous inventons n’est que vacuité, déraison, preuve de notre égarement. Or c’est pour nous l’unique rempart face à ce monde et la garantie la plus sûre de notre indépendance. Mais si nous nous gargarisons de l’effarement qu’il provoque chez nos visiteurs, nous savons que ce langage est bien plus qu’un simple jeu pour nous, et qu’en déréglant l’ordre établi des mots, il ouvre une nouvelle voie, pose la première marche de notre révolution souterraine.
Personne ne nous comprend, et c’est pour tout dire notre luxe à nous, car pendant que nos visiteurs transforment nos rires en souffrance, qu’ils décortiquent nos lésions et nos ruptures, nous sommes dans le fond collectivement mis à l’oubli. Et nous avons tout le loisir de déconstruire notre mémoire, nous sommes libres de défaire les vieux repères de l’espace et du temps, de démolir notre quotidien et toutes ces choses dont nous ne voulons plus.
Personne ne nous comprend, mais le jour où nous serons unis et forts, organisés enfin, assurément nous saurons nous faire comprendre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :