111

111

Au 111 le vieux du deuxième persiste à se croire au n° 3, lorsque le facteur lui tend les lettres de l’assurance maladie il raye son adresse sur l’enveloppe et y substitue trois bâtons au feutre noir.
Au troisième madame Beaufort stocke les livres qu’elle n’a pas lus dans un frigidaire, ceux qu’elle a déjà lus sont offerts au voisin d’en face, qui les range dans sa bibliothèque.
Au septième étage quelqu’un par peur du vide a claquemuré ses fenêtres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :