67

67

Au 67 cela a commencé, imperceptiblement, par un pot de fleur, suivi assez vite d’un petit napperon allant dessous, puis plusieurs jours plus tard un coussin, puis un matelas, un drap, des couvertures, quelques bouquins, une trousse de toilette, une petite radio, un miroir, trois ou quatre photographies, un carton d’aliments, un balai, un flacon d’eau parfumée à la vanille avec vaporisateur, un tabouret, un tapis, puis enfin un paravent flanqué d’une petite carte décorée avec le nom Michel inscrit dessus, dans ce renfoncement de la cave, jouxtant l’ancien local à poubelle.
Au cinquième vit depuis des années un couple s’entendant à merveille, partageant tout, se complétant à la perfection. Ainsi lorsqu’ils commencent un repas avec une macédoine de légumes par exemple, monsieur dégustera tous les petits pois que madame exècre, laquelle à son tour accueillera dans son assiette la totalité des carottes dont elle raffole et auxquelles monsieur est allergique. De la même façon lorsque monsieur entame la lecture d’un livre, il s’arrête toujours à la moitié, en expose un résumé à sa compagne avant de lui passer l’ouvrage, qu’elle poursuivra à son tour jusqu’à la dernière page. Car tandis que madame a du mal avec les débuts, monsieur ne trouve aucun intérêt aux fins.
Dans l’appartement d’à côté un homme assis à sa fenêtre attend la fin du jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :