59

59

Au 59 il n’y a pas de porte, si on veut entrer ou sortir on passe par la fenêtre, ça fait un peu d’exercice. Ou sinon on ne rentre pas. Ou bien on ne sort pas.
Au premier un homme stocke dans ses trois pièces une quantité remarquable de trésors, bijoux de famille, portefeuilles, argenterie, pierres, montres, vases, globes anciens, instruments précieux, assortis d’une multitude de breloques sans valeur qui donnent à son appartement le tendre parfum d’un cabinet de curiosités. Il a pris le pli de s’attaquer exclusivement aux personnes âgées, rien n’étant plus commode que de travestir le meurtre d’un vieux en trépas naturel.
A l’étage au-dessus monsieur Jamal est justement en train de mourir. C’est en tout cas ce qu’il croit. Tout est fin prêt pour l’évènement, obsèques réglées, papiers rangés, factures payées, appartement nettoyé, meubles vendus et ce qui reste, couché sur testament. Il y a seulement ce déclic qui effrontément ne vient pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :