57

57

Au 57 il n’y a qu’un rez-de-chaussée, haut comme plusieurs étages, où l’on vient marcher ou s’asseoir, muni soit d’un livre de versets soit d’un appareil photo.
Ici on n’habite pas, on est habité par la pierre. Silence, bruit de pas claquant sur les dalles, murmures ricochant contre les murs, murs silence, corps pétris de prières, pierres silence, voix résonnant parmi les os, silence partout.
On raconte qu’une fille des rues a voulu un jour se prendre pour une statue. Dissimulant ses vêtements sous un agenouilloir, elle s’est installée dans une chapelle sur un piédestal vacant en marbre, s’est laissée enfermée tout un jour et toute une nuit puis sentant le froid la pétrifier, a brusquement empoigné ses habits, s’est élancée dans la nef et évaporée dans la rue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :