23

23

Au 23 sixième madame Alvarèse a fait transférer les cendres de son amant dans un sablier, qu’elle renverse de temps à autre en se rappelant le bon temps.
Comme chaque soir la septuagénaire du deuxième gauche rassemble ses résidus de repas de la journée et les dépose dans un sac plastique bien fermé devant sa porte, se demandant si le lendemain matin, elle trouvera un nouveau caillou sur son paillasson.
Au septième un homme a fait de son studio une chambre noire, peignant les murs, le plafond, le sol de cette même indiscernable obscurité, de sorte que lorsqu’il rentre chez lui, ses pas le portent instinctivement vers la fenêtre, à la recherche de je-ne-sais-quoi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :