monstres

Vous avez supprimé les monstres. Toujours je vous le reprocherai. Vous avez réorganisé la vie pour qu’il n’y ait plus de place pour eux, pour qu’il n’y ait plus aucun monstre, que celui qui veut encore se manifester s’en réfère aux autorités, se fasse enregistrer, découper en morceaux. Vous avez fait de nous des agents de la pôlisse. Jamais je ne vous pardonnerai ça, d’avoir liquidé nos monstres. Maintenant nous nous terrons, nous les cachons. Vous avez laissé la place à la pôlisse. Vous nous avez laissé entasser nos monstres chez nous, entre nous, dans l’obscurité de nos maisons. Désormais nous poussons nos monstres dans nos couloirs, nous les enfonçons dans nos placards, nous les étouffons dans des sacs. Nous les tassons, nous les tassons à l’intérieur. Certains osent encore sortir à la nuit tombée rasant les murs tels des voleurs et les lâchent à la va-vite dans un angle noir de la rue comme des trésors honteux, comme des monstruosités. Vous nous avez laissé avoir honte de nos monstres. Certains ne peuvent pas s’en empêcher, de les lâcher quand même, de les libérer. Et de regarder un peu plus tard, d’un coin de l’œil seulement, ce qu’ils sont devenus. Où ils sont allés. S’ils ont disparu. S’ils ont laissé des traces. S’ils existent encore. Maintenant il est rare de croiser des monstres dans la rue. On ne voit plus que des agents de la pôlisse.
Vous saviez combien nos monstres étaient importants pour nous. Vous nous avez empêché de montrer nos monstres, de les partager, de les laisser aller, de les aimer dehors. Désormais nous nous taisons, nous faisons appel à la pôlisse. Et maintenant on ne sait plus du tout ce qu’ils deviennent, nos monstres. Maintenant on les enferme dans une boîte on les emballe proprement puis on nous les retire, et ils partent on ne sait où. On ne sait plus. On ne les voit plus. Maintenant ils appartiennent à la pôlisse. Vous nous avez séparé de nos monstres. Vous les avez découpés. Vous les avez isolés. Vous les avez tus. Ils ne veulent plus rien dire.

Publicités

3 Commentaires

  1. Monstres, rendez-nous nos monstres sans qui nous sommes des monstres !

  2. ruelles

    Démonstration impeccable !

  3. nrd

    interdiction d’entreposer des oreilles sur le trottoir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :