cloué


Tu es cloué à ton siège, avec impossibilité de te défendre. Ficelé comme un rôti. Si ton corps veut remuer, normalement, comme un corps doit remuer, librement, la question n’est pas là, no comment, tu n’as plus les commandes. Tu t’apprêtes à passer un moment agréable, avances jusqu’au siège, plies le corps, t’enfonces confortablement. Tes membres, pris en tenailles entre deux accoudoirs moelleux, tu les laisses pendre, sans façon, à disposition, pour voir. Quand tu viens t’asseoir là, te décontracter. Ton siège, fauteuil. Ton corps bientôt fauteuil aussi. Assis. Presque allongé, mais plié, corps en deux, tenue d’angle. Ouverture.
Tout est en place. Extinction des lampes. Noir partout. Lumière devant. Tes membres fondus dans le noir. Ne répondent plus, ne t’appartiennent plus. Tu diminues comme une bougie. Si amolli que peu à peu ton corps prend les devants, tire les ficelles, remue ton cou, tes jambes, ton ventre, ordonne tes battements de cœur. Il remue en toi malgré toi, remue tandis que tu restes, cloué, assis, assiégé, prêt à tout. Tu ne contrôles plus tes émotions, elles percent, bulles d’un bouillon qui bientôt va inonder ton siège. Tu pourrais te lever et partir, rompre sur-le-champ l’effet. Tu pourrais te lever et regarder, garder le regard. Assis. Tu ne peux pas te secouer, tu ne peux pas t’empêcher. Cloué, tu restes. Noir partout. Lumière devant.
Le programme a démarré. Position marche. Vitesse croissante. Secoué mais plaqué, assis, plein les yeux du voyage. Les commandes se déclenchent d’elles-mêmes. Là pleurer, là rire, là trembler, là encore. Déclic. Tu es triste. Des larmes perlent, roulent sur ton cou, se répandent. Ta tristesse se liquéfie, elle coule en toi, te déborde, trempe tes habits, continue de couler, devient une rivière dans laquelle tu te laisses dériver en silence. Noir partout. Lumière devant. Clic. Tu souris, séché, amnésique, assoiffé, ignorant que l’instant suivant tu éclateras de rire, et ton corps avalé valsera immobile en se vidant, enchaînant les états, accablé, alangui, adouci, amoureux, atterré, attendri, béat, contrit, courroucé, déchiré, dégoûté, désolé, détendu, divisé, ébloui, effondré, emballé, enjoué, engourdi, enragé, enthousiaste, épaté, éperdu, euphorique, exalté, furieux, gai, haineux, hilare, honteux, horripilé, impatient, indécis, indigné, intrigué, jubilant, médusé, mortifié, outré, pensif, radieux, radouci, ravi, remonté, regonflé, rempli, repu, repu mais retourné, révulsé, scotché, submergé, tiraillé, trémulant puis soudain reprenant ton calme, ton corps, ton souffle, c’est fini. Noir partout. Lumière partout. Sans délai tu repars, ravagé, rempli, vidé, ébloui. Et tandis que tout ça recommence, que c’est chaque fois la même histoire, le même scénario, parfois tu rêves, tu te lèves, tu te déplies, tu te détaches, tu te défais de ton siège et tu marches vers l’écran. Tu essaies de gravir la toile mais tes ongles dressés au bout des bras glissent sur le blanc, bientôt une foule rageuse se lance à tes trousses et tu t‘enfuis, tu te réveilles, non, en réalité tu ne fais rien, en réalité tu marmonnes en sortant.

Publicités

6 Commentaires

  1. ruelles

    Oui, c’est ça, mais ce que vous montrez, vous, c’est bien l’inverse, l’envers du décor ! Bien à vous

  2. PdB

    à l’abécédaire des états manquent ceux qui débutent par les lettres les plus appréciées du scrabble (par les joueurs compétents à ce jeu idiot – mais quel jeu ne l’est pas ?).
    Et aussi, me disais-je en lisant, il y a un état des priorités : le proverbe africain (dans mon souvenir) qui stipule que « pleurer n’a jamais nourri personne » en est une illustration (je l’ai appris il y a peu, et voilà la deuxième fois que je m’en sers en quelques jours… affectation ? ou opportunisme…?)

  3. arf

    Nom de dieu ! je suis essouflé !

  4. très prenant…

  5. Si l’abécédaire avait été jusqu’au Z j’aurais sans doute perdu mon souffle. Mais j’aurais bien tenté le coup quand même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :