bidon

Parler de mon bidon. Cinq litres. Un flop continu. Trimballé toujours. Des litres. Tu marches avec. Une masse liquide sans évaporation. Parler de mon bidon. Cinq litres trimballés. Ça bouge quand tu marches, ça remonte quand tu te baisses. Ça pèse. Ça te suit. Ça ne s’évapore pas. Un vrai bidon. Du lourd. Impossible sans. Ça remue. Tu marches avec. Dans le flop. Tu es dans le flop continu de ton bidon qui remue quand tu remues. Un jour en parler. Sans débordement. Tu le trimballes. Cinq litres de liquide toujours avec toi. Tu l’oublies quand tu te jettes à l’eau. Sans ça il pèse, des litres. Au bout de la main. Toujours avec. L’autre vide. Trimballé, pas percé pas versé pas coulé. Un bloc. Avec du liquide dedans. Des litres. Un bidon de cinq. Fermé. Tu marches avec.

Publicités

2 Commentaires

  1. brigitte celerier

    oui, mais je m’arrête tous les cent pas, puis tous les 99, puis…

  2. PdB

    au bout de la main, mais laquelle ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :