couler

Tu marches en regardant le vieux bateau couler. Tu as devant toi l’image de ce vieux bateau qui coule et tu continues d’avancer le long de la côte sans parvenir à en détacher les yeux. Tu as tout ton temps pour le regarder couler, le bout de la baie est encore loin. Dans la mer des bouées en plastique jaunes disposées comme des fétiches dessinent une courbe parallèle à la côte.
En regardant ce vieux bateau sombrer tu te demandes si des passagers se trouvent à bord mais le bateau est trop loin du rivage pour que tu puisses en distinguer la trace. Il te semble apercevoir sur le pont des silhouettes immobiles ou dont le mouvement paraît si lent qu’il t’est impossible de te prononcer avec certitude à leur sujet.
Tu ne pensais pas qu’il fallait autant de temps à un bateau pour couler. Tandis que tes pas se succèdent invariablement sur le sable, le chemin te semble long comme le déclin de ce vieux bateau qui n’en finit pas de prendre l’eau. Tu regardes le bateau s’enfoncer peu à peu tout en ne parvenant pas à savoir si, au moment où il s’est mis à décliner vers le fond, il était en train de partir ou d’arriver.
Tu as atteint depuis un moment déjà le milieu de la baie et tout en continuant de marcher tu t’aperçois que l’extrémité de la côte demeure toujours aussi lointaine. Tes pas s’enchaînent les uns après les autres et la distance qu’il te reste à parcourir te semble désormais indéfiniment la même.

Publicités

2 Commentaires

  1. PdB

    dans « les anneaux de saturne », de GW Sebald, une jolie incise en forme de regard sur une bataille, au loin (28 mai 1672, le tableau the battle of sole bay) qui indique que ces tableaux ne peuvent être que des représentations; des « faux »… plus on les regarde, et plus ils s’éloignent aussi… On aime ça (je l’ai déjà dit, je ne sais plus à qui, mais aussi parfois, « la vie se plaît à ressembler aux lettres » Olivier Rollin dans « Tigre en papier »- à ana nb peut-être bien)

  2. ruelles

    amusant, je m’apprête, précisément, à entamer le chapitre IV… Vos ouvertures (plus que commentaires) sont toujours élégantes et lumineuses (et drôles, souvent, aussi). Bien à vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :