parler

Ils parlaient. Ils marchaient dans les rues. Ils parlaient tout seuls dans les rues en marchant. A haute voix débitaient ce qu’ils avaient à dire. Ils parlaient à ne plus s’arrêter. On ne pourrait plus les arrêter. Il fallait les entendre. Ils faisaient des gestes pour appuyer les paroles, actionnaient tous les muscles du visage en marchant. Ils débitaient de longs dédales de phrases. Répondaient dans tous les détails. Ils n’arrêtaient pas d’avoir des choses à dire, des réponses à donner. Expliquaient. Racontaient tout. Ils faisaient le tour des questions en marchant. Sans s’arrêter. Il ne fallait pas s’arrêter. Ils disaient tout haut ce qu’ils avaient à dire. Il y avait des choses à dire. C’était le moment. Les mots coulaient en continu. Ils marchaient dans le quartier sans cesser de raconter. Il fallait les entendre. Ils avaient réponse à tout. Ils découpaient les questions, ils prenaient le temps de répondre, il fallait dire tout, ne rien oublier. Les choses non dites seraient dites. Ils raconteraient tout du début à la fin. Sans se presser. Ils diraient les choses dites et les choses non dites. Il n’y aurait rien à cacher. Ils iraient jusqu’au bout de la parole. On allait les entendre. Ils prenaient leur temps pour tout dire. Jusqu’au bout. Construisaient les dialogues pas à pas. Ils savaient quoi répondre au bon moment. C’était le moment. Les phrases coulaient librement. Ils s’exprimaient à la perfection. Ils déclamaient presque. Il aurait fallu les entendre. Tout y était. Ils avaient les mots, ils avaient le rythme. Ils y mettaient le ton. Ils avaient les arguments. Ils savaient. Ils savaient comment parler, comment répondre. Ils connaissaient toutes les questions. Ils maîtrisaient leur sujet. Tout était limpide. Les mots s’enchaînaient les uns aux autres. Il ne fallait pas les interrompre, ni leur parler pendant qu’ils parlaient, tout serait dit. Il fallait d’abord écouter. Il n’y aurait plus rien à dire après. Tout serait dit. Ce serait le silence. On aurait compris. On n’aurait plus rien à dire. On n’aurait plus besoin de parler. On s’arrêterait. On arrêterait tout.

Publicités

Un commentaire

  1. PdB

    eh bien justement ce n’est pas ce que vous croyez, il ne s’agit pas du tout de ça, vraiment vous faites fausse route, je ne vois pas ce qui vous permet de, certainement non, ou alors peut-être mais certainement non, pas dans ces conditions, nous en discuterons mais nous n’avons pas pour habitude de, c’est vous qui avez manqué de précision puisque, nous sommes certains de ce que nous avons avancé et nous tiendrons les délais impartis quoiqu’il puisse arriver, ce n’est pas un tsunami qui, oui c’est vrai cet exemple n’est pas très élégant, par les temps qui courent, j’en parlerai à ma hiérarchie, ça pourrait aller loin et même remonter jusque, je ne sais pas, je ne les connais même pas comment voulez vous, bien sûr que oui, mais certainement , évidemment nous sommes très engagés même, allô ? allô vous êtes encore là ? allô ? ah merde… Ah justement j’essayai de vous joindre, voilà eh bien justement, ce n’est pas ce que vous croyez, pas du tout, certainement pas, non, il ne s’agit pas du tout, peut-être mais alors il fallait aussi, comment voulez-vous que nous le sachions si vous ne, il n’en est même pas question, allons, pardon, alors là désolé, non, non, peut-être mais pas, non, ce n’est tout de même pas la guerre qui serait déclarée, non, tout de même restons maîtres de, probablement, je ne crois pas, même si vous l’affirmez aussi nettement, je comprends votre désarroi, nous n’y sommes pas pour grand chose, je dois en rapporter à ma hiérarchie vous comprenez, ça pourrait même aller très loin et remonter jusque, oui voilà, voilà, je ne crois pas non, je ne crois pas, je ne crois, je ne pense pas, non

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :