écrasement

On peut parfaitement vivre dans l’écrasement. Le corps recentré ne craint pas l’éparpillement, ne connaît pas le vertige. Avoir la tête au même niveau que le sol est par ailleurs un précieux avantage. Car il devient possible d’observer ses pieds, ce qui d’ordinaire n’arrive jamais, nous privant de l’étude de ce prodigieux organe. A l’opposé de la tête, tâtant, limant, balayant le sol, il domine du bas. Équilibriste, il tient le poids du corps. Éclaireur, propulseur, amortisseur, c’est un corps à lui seul. Humant au plus près sa sueur on se sent bientôt pied comme lui, inférieur et puissant, plat et chatouilleux, raide et articulaire.
Être tout entier à ses pieds, les bras traînant à terre, veillant à ne pas se marcher dessus. Au lieu de pendre comme à l’habitude, fermés le long du corps, les bras maintenant se répandent, acquièrent la souplesse de tentacules. La colonne est descendue de ses vertèbres comme d’un piédestal. Vidant le terrain, elle a nettement perdu de sa hauteur et, consciente qu’elle ne remontera pas, elle s’en remet dorénavant à la base sans possibilité de fuite. Contrainte à l’enroulement, elle redevient simple coquille. Le corps y est quasiment indifférent. Qu’elle tangue, se torde ou se durcisse, elle a renoncé à son devoir de mémoire. Elle possède au contraire un certain effet ressort qui répond au moindre déplacement. On ne se sert que de cette agréable faculté de rebondissement.
Tel une grenouille, on procède désormais par petits sauts, fondant au milieu des espaces. Le corps entièrement arrondi se tient chaud. Les innombrables poches de graisse jadis éloignées se rapprochent et cousinent, se mélangent, puis finissent par se souder. Il y a là une authentique rencontre des membres qui autrefois se complétaient à distance, dans l’empilement. On se sent rassemblé. Et resserré maintenant dans l’écrasement on se soulève en cadence, par ricochets.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :