silences

bouches

Il y a beaucoup de silences autour de nous. On ne sait plus comment réagir. Ça n’arrête pas d’être silencieux. C’est un débit continuel. Des flots de silences sourdent de l’abîme des bouches et se déversent en permanence sur nous. Tout cela commence à devenir inquiétant. On ne s’entend plus ici. De plus en plus de monde s’empare du silence pour n’importe quelle raison, c’est à celui qui sera le plus silencieux. On interrompt à tout bout de champ le silence de l’autre par un silence plus fort ou plus profond. On ne maîtrise plus rien. Tous les silences se mélangent. Il y a une accumulation assourdissante de silences. On n’arrive plus à distinguer son propre silence ni celui de son voisin. On est complètement embrouillé. Les silences deviennent de plus en plus longs et de plus en plus incompréhensibles. C’est à celui qui tiendra le plus longtemps, qui manifestera le plus grand, le plus éloquent des silences. L’étendue du silence est devenue proprement vertigineuse. On ne respecte plus le silence des autres. Chacun se grise de son propre silence, s’imagine que son silence est plus brillant ou plus original. On ne sait plus quoi dire, on ne sait plus comment se taire. On n’a plus envie de, on n’arrive plus à. Le silence est général. Il y a maintenant autour de nous de plus en plus de spécialistes du silence. Ils tiennent silence un peu partout. Ils prêchent leur silence en faisant de grands gestes pour les accompagner. Ils entraînent avec eux des foules de gens qui boivent leur silence et se frappent les mains en signe d’enthousiasme. On se demande comment arrêter tout ça, comment démêler tout ça, comment sortir de tout ça. Le silence est devenu énorme. Certains se mettent à chercher le silence dans le silence, ils veulent renouer avec leur ancien silence ou trouver un nouveau silence. Tous les silences se ressemblent. On est complètement englué. On cherche les mots, on a envie de se taire, on veut faire du bruit.

Publicités

2 Commentaires

  1. PdB

    Je dirai bien quelque chose… mais non, je vais me taire…

  2. ruelles

    je ne te le fais pas dire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :